Hilaire et La Kermesse aux Etoiles

Christophe Berteaux

Hilaire et La Kermesse aux Etoiles
Sous le parrainage de Madame la Maréchale Leclerc, la première Kermesse aux Etoiles fut organisée à Paris en 1948 par les œuvres sociales de la Deuxième DB, que présidait Madame Massu.
Installée dans les Jardins des Tuileries, les visiteurs pouvaient, pendant trois jours et trois nuits, déambuler parmi les nombreux stands et chapiteaux dédiés à l'armée et aux Colonies, mais également occupés par de grandes marques publicitaires.
Théâtres, cinémas, spectacles, espaces sportifs, manèges, jardins d'enfants, bars, buvettes, restaurants, tombola, … Tout était prévu pour la fête !
La Kermesse devait surtout son succès à la présence de nombreuses vedettes de cinéma et du spectacle, mais aussi d'écrivains.
Chacun pouvait alors approcher son idole et faire dédicacer le carnet que l'on avait pu se procurer à l'entrée.

A cours de l'année 1951, Jacques Fillacier et André Hambourg eurent l'idée de faire participer les artistes à cette manifestation populaire. Paul Charlot, Henri Plisson et Paul Feugereux, directeur de l'Ecole ABC de Dessin furent associés au projet.
Aucun d'entre eux ne pouvait présager du succès rencontré car c'était la première fois que des peintres allaient se "montrer" et "travailler" en public.
Pourtant, près d'une centaine d'artistes acceptà l'idée de cette aventure. Parmi eux Léonard Foujita, Marie Laurencin, Maurice Utrillo, pour ne citer que les aînés.
Le Stand des Arts Plastiques de la Kermesse aux Etoiles ouvrit ses portes en 1952.
Installés sur des estrades, les artistes œuvraient activement devant une foule nombreuse.
Ils se prirent au jeu et n'hésitèrent pas à ajouter à leur signature un dessin rapide ou une aquarelle.
Le succès fut immédiat !
Chaque feuillet était vendus symboliquement et marqué d'un gros cachet rouge ou bleu "Kermesse aux Etoiles". Les deux années suivantes, le cachet était plus discret.
En 1953, le public fut encore plus nombreux et les artistes, pour la vente et la présentation des œuvres, reçurent l'aide de marchands et commissaires-priseurs renommés.
Plusieurs recueils de 25 dessins et aquarelles furent constitués et proposés à la vente.

Pour les artistes qui ne pouvaient pas se déplacer, les organisateurs firent imprimer des feuillets avec leurs noms, une courte biographie et la mention du Stand des Arts Plastiques de la Kermesse au Etoiles, et laissant une place importante pour l'oeuvre.
Les peintres pouvaient ainsi travailler dans leurs ateliers.

Moyennant une indemnité de deux heures de son salaire, l'éventuel acheteur pouvait repartir avec un dessin ou une aquarelle…
1954 fut une année exceptionnelle.
Tellement exceptionnelle qu'elle sonna la fin de la participation des artistes à la Kermesse aux Etoiles…
En effet, les organisateurs se rendirent compte qu'il avaient engendré une véritable "poule aux œufs d'or".
De nombreux "amateurs" et "marchands" profitaient de cette manifestation pour acquérir à vils prix d'énormes quantités d'œuvres qui étaient remise sur le marché et revendues immédiatement, le cachet "Kermesse aux Etoiles" ayant souvent disparu…
Devant cet état de fait, contraire à la vocation altruiste de leur engagement, les organisateurs se retirèrent et le projet pour l'année 1955 fut abandonné.

Aujourd'hui encore, il n'est pas rare de trouver en circulation ces "belles feuilles" portant le cachet historique de cette belle aventure.
De véritables trésors !

Aucun document nous prouve que Camille Hilaire était physiquement présent à la Kermesse aux Etoiles. Cependant, il y participa grâce aux feuillets imprimés par les organisateurs.
Nous sommes heureux de vous faire découvrir deux oeuvres, actuellement présentées au Musée départemental Georges de la Tour à Vic-sur-Seille dans le cadre de l'exposition HILAIRE, du trait à la couleur.